Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics Lydia MOONTA

r

Nous sommes des Barcarèsiens, qui aimons et protégeons ce patrimoine inaliénable de notre commune

vendredi 24 mars 2017

Les cheminées du Lydia-Moonta-

Les cheminées sont apparues sur les navires au 19ème siècle, en même temps qu'apparaissait la propulsion mécanique. Pendant un temps elles ont cohabité avec les majestueux gréements, puis, rapidement, elles se sont imposées.


Paquebot Great Britain
Mais en fait qu'est ce qu'une cheminée?

 Ce que l'on appelle communément "cheminée" sur un paquebot, est en fait une simple enveloppe qui recouvre de manière esthétique, une multitude de conduits divers qui vont de l'échappement des moteurs ou chaudières, à de simples conduits de ventilation et d'aspiration. 


 Mais rapidement les cheminées, désormais indispensables, ont joint l'aspect purement pratique à d'autres usages.

Dés la fin du 19ème siècle leur nombre est un gage de puissance, et ce furent les allemands qui, les premiers, firent arborer à leurs paquebots quatre cheminées. Il furent rapidement suivi par les anglais, ces deux nations prétendant à cette période à la suprématie sur les océans du globes. En témoigne des navires tel le Kaizer Willem der Grosse ou encore le fabuleux Maurétania.

Kaizer Willem der Grosse




Mauretania


Cette "mode" poussera même de nombreuses compagnies à arborer une quatrième cheminée factice, pour des motifs purement publicitaires ou encore pour flatter l'égo des dirigeants des compagnies de navigation. C'est ainsi que le tristement célèbre Titanic arborera une quatrième cheminée factice. 





A partir de l'entre-deux-guerre, cette mode tombera en désuétude et les navires perdront au fur et à mesure leurs cheminées inutiles, voire verront leur nombre diminuer jusqu’à ne plus en présenter qu'une seule. Parfois immense.


Comme le paquebot Champlain...



...ou le paquebot Pasteur



Après guerre on va  miser d’ailleurs plus sur l'esthétique de la cheminée pour différencier le paquebot des autres que sur le nombre; comme le prouve les célèbres cheminées du France ou encore les étranges conduits du Raffaello italien: 

France






Raffaello

















Mais les cheminées vont aussi avoir très rapidement un autre rôle et ce, dés leur apparition: Elle porteront haut les couleurs de la compagnie qui arme le navire, chaque armateur définissant des couleurs qui lui sont propres. 

De ce point de vue le Lydia n'échappe pas à la règle puisque depuis son lancement, il a arboré pas moins de 9 couleurs et motifs différents:


 Le Moonta- Adélaïde Steamship Co LTD- (1931/1955)

Cheminée "Chamois" Haut noir. Sobre et élégante.
















Le Lydia- Hellenic Méditerranéan line (ELMES) (1956-1966)

Cheminée Jaune, haut noir et cerclée d'un liseré bleu






Le Lydia- époque SEMETA (2 variantes) (1967-1973)

-Première variante qui sera rapidement abandonnée (1967)

 Rond bleu sur fond noir représentant deux sirènes entourant l'inscription SEMETA, le tout surmonté d'un fin liseré rouge.
























-Seconde variante: Un rond blanc figurant le nouveau logo plus stylisé de la SEMETA (1968-1973)








    Le Lydia (Casino SEÏBU) (1974-1978)

Premier changement de propriétaire, le Lydia devient casino et desormais la cheminée devient blanche, surmontée d'un liseré rouge et arborant fièrement le logo de la compagnie SEÏBU. Seïbu voulant dire "groupe de l'ouest" en japonais, c'est donc tout naturellement que le symbole est l'idéogramme désignant ce point cardinal au pays du Soleil Levant (prononcer Nishi).




Le Lydia époque Moliflor (1981-1988)

Presque rien en fait: On blanchit l'idéogramme "ouest" pour ne garder que la cheminée blanche et le liseré:






 Le Lydia époque Holding "Grand Sud" (1988-2000)

Changement radical, la cheminée devient blanche et bleue...Souvent agrémenté de nombreuses coulures de rouille...L'enveloppe est tellement pourrie que par endroit on voit même à travers...









Le Lydia Partouche (2000-2010)


L'enveloppe de la cheminée est tellement pourrie qu'on va être obligé de la déposer pour en mettre une toute nouvelle:




















Puis elle deviendra blanche arborant en son centre le logo du groupe Partouche, Un P majuscule rouge...



 ...Mais côté terre seulement car côté mer c'est le grand vide (mesquinerie quand tu nous tiens...)





   Le Lydia- Commune du Barcarés (depuis 2010)

Enfin, la commune du Barcarès étant propriétaire, la cheminée change de sigle pour se parer du logo communal, un peu trop moderne et stylisé, surtout depuis que le Lydia à repris sa robe blanche et noire d'origine, mais il semblerait que cela va changer et c'est tant mieux:


Avec une robe blanche ça passe encore


Mais avec sa magnifique livrée ça dépareille un peu

Olivier Alba

vendredi 17 mars 2017

Collection des différentes robes du paquebot


Noir, c'est noir

1931 (Moonta- Adelaïde Steamship CO)


 et 1956 (Lydia- Hellenic Méditerranéan Line)

et gris,  ce n'est pas...

1960 (Hellenic Méditerranéan Line)

...blanc !


juin 1967





 Ou "Rouille"...


 Mai 1999


 Alors, revenons au noir !


2016

Xavier Cuvelier-Roy


vendredi 10 mars 2017

Les autres Moonta-Lydia


Le paquebot qui est l'objet de ce blog est en fait le Moonta 2 de l'Adélaïde Steamship Co puisque le premier Moonta était en fait un cargo à vapeur.




La machine du Moonta 1

Le Moonta 1 est commandé en 1896. Prévu pour s'appeler La Serena, il est construit en Angleterre par les chantiers W. Dobson and Co,  de Newcastle.
 
Après la faillite de sa première compagnie, il est acheté sur cale et terminé pour le compte de L'Adélaïde Steamship Co qui le rebaptise Moonta en 1899. 

 

Ses caractéristiques sont les suivantes:
tonnage 2266 tonnes, loingueur 85,6 mètres, largeur 11,6 mètres. 

Le Moonta 1 sera ensuite vendu à la compagnie australienne de Melbourne William Crosby & Co en 1913. 
Deux ans plus tard, en janvier 1915 il sera revendu un nouvelle fois au Japon et renommé Tokei Maru. Il sera démoli en 1931 au pays du Soleil Levant. Remplacé la même année par un Moonta 2 que nous connaissons bien....

...Concernant la seconde compagnie du Lydia, la Hellenic Mediterranéan lines, elle arma, après notre "Paquebot des sables", un second Lydia.




Pas un paquebot cette fois-ci mais un ferry, qu'elle conservera de 1985 à 1995. Celui-ci n'aura pas la chance toutefois de son aïeul.  Désarmé en 2004 il a été la même année envoyé à la démolition.

Construit en 1962 par les chantiers J. Boel et Fils S.A., Tamise, Belgium pour le compte d'une compagnie belge. Longueur 117,3 m, largeur 15,98, tonnage 4.727 Tonnes , vitesse 20 noeuds.

Capacité:1215 passagers et 100 voitures.

Comme dans toutes les marines modernes, il changera de nombreuses fois de compagnie et de nom, 6 fois en tout !
(Bosporus (1998-2000) - Anatolia Ferries; Bergama (1996-1997) - Stern Lines; Ephesus (1996) - TOPAS Maritime Lines; Lydia (1985-1995) - Hellenic Mediterranean Lines; Olympia (1985); Koningin Fabiola (1962-1985) - R.M.T.)



Mais La compagnie grecque ne fut pas la seule à nommer certains de ses bâtiments Lydia, pour l’anecdote, en voici au moins deux autres:

Le SS Lydia:


Qui faisait la liaison entre l'Angleterre et l'ile de Jersey au début du 20 ème siècle...

...Ou encore le majestueux Lydia, tous les Océans gardant en mémoire les exploits de pêche de son patron: :-)


...Heureusement toutefois que c'est pas ce dernier que les promoteurs de la mission Racine ont décidé de nous planter dans le sable...


Olivier Alba

vendredi 24 février 2017

Faisons connaissance




Dernière mise-à-jour : 03.12.2016

Ce blog, animé par plusieurs "fans" du Paquebot des sables, les uns de véritables experts, les autres de simples admirateurs, a pour légitime ambition d’œuvrer pour la sauvegarde de son patrimoine matériel, historique et culturel, dans l'environnement qui est aujourd'hui le sien, ensablé à vie au Barcarès (Pyrénées-Orientales, France).

Différents sujets apparaîtront au fil du temps et des circonstances, histoire, projets et réhabilitation, restaurations et déprédations, annonces, actualités, etc.

Tous nos articles sont signés par leur auteur, l'indication de la source des illustrations indiquée, les justificatifs et références bibliographiques indiquées. 

Une page facebook est ouverte, dans laquelle nous publions très régulièrement une rubrique dans le style "brèves de comptoir", LYDIA-MOONTA MAGAZINE.

Ce blog est placé sous l'égide de l'A.A.M.L. (Association des Amis du Moonta-Lydia). Il est  indépendant, asservi à aucune structure que ce soit une association autre que l'AAML, un parti politique, une organisation civile et territoriale, etc.


Tout visiteur peut intervenir à la faveur de "commentaires" qui seront modérés dès l'instant  où ils porteraient atteinte à la morale, se commettraient à des attaques ad-nominem de façon injurieuse ou diffamatoire. Attention à ne pas confondre commentaires et forum !

Tout visiteur pourra proposer un article dans le cadre strict de notre objectif, la sauvegarde du patrimoine matériel et culturel du paquebot, lesquels seront publiés après approbation du collège des administrateurs. Ces articles devront impérativement être signés et seront édités sous la seule responsabilité de leur auteur.

Ces mises-aux-points terminées, inévitablement rigides mais nécessaires pour une belle et bonne aventure, un bon  cap, nous vous souhaitons la bienvenue et vous remercions à l'avance de l’intérêt que vous apporterez à nos travaux. 

Et pour la circonstance, hissons le grand-pavois !


Et s'il vous plait de nous rejoindre, nous en serions  très heureux !





Les Administrateurs

                                                                                  

vendredi 17 février 2017

Appel des cotisations 2017





En renouvelant tous nos bons vœux à leur intention, nous remercions nos adhérents de veiller à nous adresser le paiement de la cotisation 2017, au tarif inchangé de 15 €.


Suivant la tradition, désormais bien établie, vous recevrez votre carte d'adhésion sous forme d'une carte postale, illustrée d'une vue inédite du LYDIA (qui sous sa forme "originelle", retrouve le juste vocable de "Paquebot des sables") et affranchie du timbre postal 2017




Source et crédit photo : © Photothèque Lydia Moonta , M.H. Cuvelier-Roy


Aux fidèles lecteurs qui désirent soutenir notre action et rejoindre l'association, il suffit de nous retourner le bulletin ci-dessous à l'adresse suivante :

Secrétariat de l'A.A.M.L.
2 Impasse A. Schweitzer
66420 LE BARCARÈS



                                                                             
Les Administrateurs