Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics Lydia MOONTA: octobre 2015

r

Nous sommes des Barcarèsiens, qui aimons et protégeons ce patrimoine inaliénable de notre commune

vendredi 30 octobre 2015

Quand on cherche...

Quelques photos inédites et rares du Lydia à la grande époque de la SEMETA.

Nos recherches récentes nous ont permis de mettre à jour une rareté.

Une photo du "TRUNK club" représentant le plafond de ce célèbre night-club tenu de main de maitre par Roland Vonné entre 1967 et 1973.

A cette époque de grands hublots de verre permettent d'apercevoir le fond de la piscine et les baigneurs qui s'y ébattent joyeusement. Un must pour l'époque !!!
la piscine était équipée de huit hublots: 6 au niveau du pont B et 2 par dessous.


Un document exceptionnel issus d'un supplément de l'Indépendant daté de 1971.

source, crédit photo :  ©Journal l'Indépendant, photothèque Lydia-Moonta

Pour la petite histoire, cette piscine installé dans l'ancien panneau de cale sur la plage avant avait causé quelques soucis à cause de son étanchéité aléatoire...Mais c'est une autre histoire et nous vous laissons apprécier la beauté de cet aménagement très innovant pour l'époque.

Une autre photo, issue des archives personnelles de Jacques Hiron, nous montre la piscine en question à la même époque:

 source crédit photo : © Jacques Hiron, photothèque Lydia-Moonta

On y distingue très bien les moteurs des mâts de charge relocalisés par l'association (au dessus du rouf) ainsi que les cagnards  (voiles) tendus sur les bastingages pour couper un peu le vent au niveau du bar.

Comme un bonheur ne vient jamais seul nous vous laissons apprécier les tarifs en vigueur à l'époque.


Ça laisse rêveur...

Et puisqu'un bonheur ne vient jamais seul, jetons un oeil au menu du Restaurant de l'époque, la superbe salle à manger du navire disparue depuis:




 

  
Là par contre il n'y a pas les tarifs...Mais la cuisine est de qualité...

Belle époque que celle des trente glorieuses où tout paraissait possible....


 Olivier Alba

jeudi 8 octobre 2015

Mais où sont-ils passés, 2° partie et à suivre




Dernière mise-à-jour : 12.10.2015

A la demande de plusieurs lecteurs qui ont trouvé notre démarche intéressante, voici repris ci-dessous plusieurs posts publiés sur notre page facebook.

Ajoutons que, loin de polémiquer, nous sommes bien dans notre rôle, inscrit dans les statuts de l'A.A.M.L. (Association des Amis du Moonta-Lydia), soit la sauvegarde du patrimoine matériel, historique et culturel du paquebot des sables

"A mon arrivée au Barcarès, en 1967, j'avais encore tous les éléments de navigation sur la passerelle (aujourd'hui dévastée). Quelqu'un pourrait-il me dire où sont-ils passés ?"




 "A mon arrivée au Barcarès, en 1967, j'avais encore un second compas de route, sur un balconnet (disqué et ferraillé depuis) situé au-dessus de l'actuelle baie vitrée style Leroy-Merlin ! Quelqu'un pourrait-il me dire où est-il passé ?"




"A mon arrivée au Barcarès, en 1967, j'avais encore mes ancres de proue et au moins une autre de secours ! Quelqu'un pourrait-il me dire où sont-elles passées ?"


Localisées : L'une au giratoire de l'Appel du 18 juin (mais en attente de validation) l'autre accolée à l'hélice (de secours) du Lydia. Sur le giratoire de Méditerranée, une troisième mais qui ne semble pas appartenir au paquebot :


Source crédit-photo : © photothèque Lydia Moonta.


Source crédit-photo : © photothèque Lydia Moonta.

"A mon arrivée au Barcarès, en 1967, j'avais encore les cerclages bronze (curieusement gravés Liverpool) sur les moyeux des barres à roues arrières ! Quelqu'un pourrait-il me dire où sont-ils passés ?"



"A mon arrivée au Barcarès, en 1967, j'avais encore la passerelle sur le château arrière ! Quelqu'un pourrait-il me dire où est-elle passée ?"



"A mon arrivée au Barcarès, en 1967, j'avais encore sirènes et corne de brume ! Quelqu'un pourrait-il me dire où sont-elles passées ?"




A mon arrivée au Barcarès, en 1967, j'avais encore les moteurs électriques qui actionnaient les mâts de charge ! Quelqu'un pourrait-il me dire où sont-ils passés ?


Ouf ! localisésDans un chantier renommé de restauration maritime, à Canet, en sûreté, n'en doutons pas !

Source crédit-photo : © photothèque Lydia Moonta.

Pour consulter la première partie de cette rubrique, c'est : ICI


Xavier Cuvelier-Roy

dimanche 4 octobre 2015

Jacques Hiron, Président d'honneur de l'A.A.M.L.



Source, crédit photo : Blog de Vincent Rixhon

Qui est Jacques Hiron ?

Auteur, scénariste, historien, journaliste, collectionneur, tintinologue  affirmé, difficile d'enfermer Jacques Hiron dans un schéma-type !

Mais c'est bien évidemment le chantre du paquebot Lydia qui aujourd'hui retient notre attention en nous faisant l'honneur d'accepter la présidence d'honneur de l'ASSOCIATION des AMIS du MOONTA-LYDIA (A.A.M.L.)

Il sera le premier au début des années 2000, à retrouver, via son hobby de cartophile, une vue du Moonta et ainsi ouvrir la voie à la redécouverte en France de l'histoire oubliée de ce paquebot.

La carte postale d'où tout est parti !!!


Par la suite, piqué au jeu, ses recherches vers l'Australie et la Grèce permettront au paquebot des sables de retrouver la mémoire. 

C'est à ce moment-là qu'il rencontre Olivier Alba, un autre passionné du Lydia, dont les investigations se concentrent, elles, sur l'histoire du paquebot depuis son échouage en 1967.

Jacques Hiron publiera en 2003 un roman "Le paquebot des sables" adapté par la suite en bandes dessinées (4 tomes sur 5 sont édités actuellement).

Il était donc naturel et légitime qu'il rejoigne notre association !

Nous voulions par cet article, rendre hommage au "Lydiaphile" et lui souhaiter la bienvenue. 

Communiqué référencé sur l'Ouillade : ICI

Les Administrateurs

le roman...

...Et la bande dessinée

Pour en savoir plus...

Source, crédit photo : Jacques Hiron

Rendez-vous sur le site de Jacques Hiron, c'est : ICI

Source, crédit photo : Jacques Hiron