Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics Lydia MOONTA: avril 2016

r

Nous sommes des Barcarèsiens, qui aimons et protégeons ce patrimoine inaliénable de notre commune

vendredi 8 avril 2016

Faux bateau pour vrais gogos





Non, ce n’est pas un Lydia du bout du monde...Ni même un photomontage...Nous sommes ici, à Hong Kong devant cette chose qui s’est glissée entre les immeubles . Ce n’est pas un bateau mais un supermarché: le Whampoa de 100 m de long abritant quelque 300 magasins où l’on trouve de tout. 

Vraiment de tout… C’est assez incongru au milieu de ces tours gigantesques où l’on n’aimerait pas vivre, mais c’est en Chine. 

La "poupe"


Le « navire », trône ainsi au milieu d’un univers de béton. Il est en béton lui-même et n'a jamais navigué comme le petit navire de la chanson. Ce n'est même pas un paquebot mais ressemble bien plus à un yacht pour milliardaire. Même Disney n’aurait pas osé. C’est à pleurer.

Nous au Barcarès avons un vrai paquebot avec un vécu, des turbulences, une histoire. Prenons garde de ne pas le transformer en décors (de cinéma) pour série B, la postérité ne nous le pardonnerait pas.



D'aprés le site : escales.wordpress.com
Olivier Alba

vendredi 1 avril 2016

Qui lance un étrange message depuis le Lydia ?





C'est en procédant à un minutieux réglage qu'un Barcarèsien radio-amateur s'est aperçu d'un curieux phénomène : "Tout en haut de la gamme des grandes ondes, vers 2000 m., j'ai remarqué une modulation bizarre que je n'avais jamais observée auparavant et que je recevais à intervalles réguliers. J'ai mis plusieurs jours à comprendre qu'il s'agissait de signaux de morse compressés et que l'émetteur devait se trouver tout près de chez moi."


Notre ami, Jean Pacar, résident des Argonautes et radio-amateur confirmé

Par différents repaires de triangulation et à trois reprises, notre concitoyen s'est rendu à l'évidence : l'émission provient sans aucune contestation possible du... LYDIA !

"Dans un premier temps, j'ai pu reconstituer que le message codé était une suite de lettres : LIR VAD NOS SIOP. Malheureusement malgré l'aide de quelques spécialistes, il ne m'a pas été possible de comprendre ce que cela signifiait"!

"Le paquebot des  sables" au cours de son histoire, à été quasiment démantelé par ses divers propriétaires depuis son échouement au Barcarès et il ne reste que peu de vestiges d'origine : le fumoir, le social-hall, la passerelle, c'est pratiquement tout. Il est donc impossible qu'au cours de tous ces travaux, un émetteur puisse avoir échappé à la vigilance des divers intervenants. 

A une exception près,  les 100 tonnes de béton coulés à Marseille en 1967, afin de  lester le paquebot pour son dernier voyage, le moteur et divers encombrants ayant été retirés. Se pourrait-il qu'un compartiment secret ait été ainsi englouti sous la carapace de ciment ?

Autre interrogation : comment expliquer par ailleurs la source - inépuisable ? - d'énergie* pour que 56 ans plus tard, l'émetteur fonctionne toujours ?

Autant de questions qui demeurent pour l'instant sans réponse !



A suivre... 
* : Notre président d'honneur, l'historien Jacques Hiron à "sa petite idée", souvenons-nous de la fameuse batterie mise-au-point par un allemand, Karl Langfeld et dont on a jamais retrouvé les formules. Indéniablement, cet accumulateur correspondrait au critère !