Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics Lydia MOONTA: 2017

r

Nous sommes des Barcarèsiens, qui aimons et protégeons ce patrimoine inaliénable de notre commune

vendredi 18 août 2017

Le Lydia-Moonta entre réalité et fiction - épisode 1


La trame générale de cette série de cinq albums BD scénarisé par Jacques Hiron et dessinés par Jean-Michel Arroyo reprend  pour une bonne part  les éléments publiés sous forme du roman au titre éponyme. Le récit a été enrichi de nouveaux épisodes, et l’étude des personnages  a pu être affinée et développée. Le fil rouge de l’histoire reste la carrière parfaitement authentique du paquebot Lydia ex-Moonta : aucun des lieux, aucune des dates, aucun des évènements qui le concernent n’ont été modifiés. Ces albums sont aussi le fruit d'un incroyable travail documentaire.

Dessins publiés avec l'aimable autorisation de JOKER EDITIONS-BRUXELLES
Copyright Paquebot des Sables, Arroyo-Hiron, P&T production-Editions Joker.


Source: Journal L'Indépendant







  Extraits du tome 1- KARL.  Copyright Paquebot des Sables, Arroyo-Hiron/P&T production-Editions Joker 2004.




Le dessin...
...La photo


"Un jeune chercheur allemand à l'esprit inventif, Karl, va découvrir un nouveau type de batterie électrique surpuissante. Employé dans une usine de Hambourg, en 1929, il est marié à une jeune Suédoise. Devant la montée du nazisme et refusant de devenir un fabricant d'armes, il quitte l'Allemagne. Karl va désormais travailler aux chantiers navals Burmeister & Wain à Copenhague dont l'oncle de son épouse est le directeur. Burmeister & Wain emploie près de 10 000 personnes à l'époque...

Le dessin du chantier...

...Le même chantier aujourd'hui...
















...Nous sommes en 1931. Le chantier construit le paquebot "Moonta" pour l'armement ADELAIDE STEAMSHIP COMPANY. C'est le cinquième navire que commande cette compagnie australienne au chantier danois... 



 


 ...Fin avril 1931. Le lancement du navire approche...

 

Quasiment le même angle de vue 37 ans plus tard...


...Karl veille aux dernières finitions du paquebot...




Le bossoir d'embarcation est bien identique...








Hier...







 


....Dans les premières années après l'échouage...







 ...Pourchassé par les nazis, ces derniers ont retrouvé la trace de Karl....

Ils sont à la recherche des documents concernant la découverte de l'ingénieur, la fameuse batterie électrique qui les intéresse pour la construction d'un sous-marin révolutionnaire allemand...

 

...Karl essaie d'échapper aux nazis pour tenter de
cacher les dossiers de la batterie à bord du Moonta..."



Le même roof en juin1967...


A suivre....


Olivier Alba





















vendredi 11 août 2017

Août 1978, les Pieds Nickelés s'emparent du Lydia. Episode 3 et fin

La semaine dernière nous avions laissé les trois comparses lorsqu'ils arrivaient au casino, l'un d'entre-eux grimé en riche prince arabe, cousu de pétrodollars....

Leur plan est de faire perdre beaucoup d'argent au "prince arabe". L'argent perdu n'existant pas puisqu'ils payent en billets à ordre, ce qui se fait couramment pour les très grosses fortunes dont on garantit la solvabilité. En revanche l'un des trois compères récupère des plaques de jeu et va se les faire rembourser en passant pour un joueur chanceux:

Le ""roi du pétrole flambe et distrait l'attention:




Pendant ce temps, le complice encaisse certaines plaques non jouées:





Mais tout se complique lorsque Kuniko, par déférence, demande à un des serveurs arabe du casino de porter une coupe de champagne au "prince" et de s'adresser à lui dans cette même langue:




Évidemment le "prince" ne comprend un mot de ce qui lui est dit ce qui met la puce à l'oreille de Kuniko:




Cette révélation du serveur lui démontre qu'elle est en train de se faire escroquer, ce qui la met dans tous ses états. Elle veut alors, à l'aide du personnel du casino, se saisir des trois comparses:


 
Pour eux ne reste qu'un seul salut: la fuite, mais ils se retrouvent bloqués sur les ponts supérieurs:




 

Les trois amis, oubliant que le paquebot est noyé dans les sables, décident de sauter par dessus bord pour rejoindre Port-Leucate à la nage:




 Et il se font cueillir par la maréchaussée...


... A laquelle, naturellement, ils fausseront compagnie:

Fin de l'aventure...


Olivier Alba











mercredi 9 août 2017

l'A.A.M.L. va souffler sa deuxième bougie !




C’est en effet le 10 Août 2015 qu’est née officiellement l’Association des Amis du Moonta-Lydia après une courte gestation dans l’esprit de trois amoureux du Paquebot des Sables.

Les articles publiés ici-même, le compte-rendu de la première Assemblée-Générale et la New-letter réservée aux adhérents, ont largement informé de l’action menée et de l’heureuse influence sur la conduite des travaux de restauration réalisés eux, sous la seule responsabilité de l’équipe municipale.

Alors, en bonne santé notre association ? Oui ! A-t-elle gardé et gardera-t-elle son dynamisme dans la plus stricte indépendance ? Oui !

Mais il faut pour cela qu’elle compte beaucoup plus d’adhérents, un besoin vital pour qu’elle perdure et soit crédible. Nous attendons de vous, lecteurs, un signe d’encouragement à poursuivre notre mission et concrètement, cela se traduit par votre bulletin d’affiliation.


Bon anniversaire et bonne santé à l’A.A.M.L.

Xavier Cuvelier-Roy

vendredi 4 août 2017

Aout 1978, les Pieds Nickelés s'emparent du Lydia. Episode 2

La semaine dernière nous avions laissé Filochard, Ribouldingue et Croquignol au pied du "Paquebot des sables et de son luxueux casino pendant la période japonaise. Les trois comparses, jamais en manque d'idée, mettaient au point un plan pour quelque mauvais coup.

...Leur plan est de se faire passer pour de riches clients venus des pays du Golfe...


...Mais évidemment comme ils n'ont pas d'argent, ils demandent à jouer avec des billets à ordre ce qui laisse Kuniko Tsutsumi (eh oui, c'est bien elle!) sceptique...


...Même si elle finit par accepter devant la promesse d'un riche nabab jouant dans son casino et prêt à perdre des millions (en plus nous, nous savons que la santé financière du casino n'est pas brillante, en effet il fermera en octobre de la même année):



De leur côté, les trois comparses ont tout préparé:



Et le faux prince arabe fait une entrée remarquée au casino du Lydia:


 La suite?

Et bien il faudra attendre encore une semaine...


Olivier Alba




vendredi 28 juillet 2017

Août 1978, les Pieds Nickelés s'emparent du Lydia. Episode1

En 1978, le dessinateur Pellos fait un séjour sur la station de Port-Barcarès dans le cadre d'une résidence d'artiste. Son séjour lui inspirera une histoire: Les Pieds Nickelés sur le Lydia, parue dans un petit fascicule nommés "Trio" en août 1978. Le luxueux casino n'a plus que quelques mois à vivre mais ça nos personnages l'ignorent. On y croise notamment une certaine Kuniko Tsutsumi...


Dans cette aventure les trois compères, Filochard, Ribouldingue et Croquignol sont en séjour à Port-Barcarès:


...Alors que les trois compères piquent un somme, c'est la surprise...


Ils n'en croient pas leurs yeux!



...Mais rapidement leur nature profonde prend le dessus et, lorsqu'ils apprennent que c'est un casino, les trois comparses échafaudent un plan...









Quel stratagème vont-ils mettre en place?..........

..............La suite la semaine prochaine.......

Olivier Alba


vendredi 21 juillet 2017

Il y a cinquante ans au Barcarès...



Il y a de ça cinquante ans tout juste, le dimanche 11 juin 1967, Le Lydia est en vue de sa dernière escale, celle qui fera de lui le "Paquebot des sables!".








 
Dans les semaines qui précédaient l'opération de mise à terre du paquebot, il avait fallu préparer le terrain, c'est à dire faire creuser par une drague flottante, un chenal de 600 m de long et 7 m de profondeur. Pour amener celle-ci de l’étang de Salses à la mer, on a fait lui fait donc parcourir  750 m sur le sable, sur des boudins gonflés d’air.

 










Parti de Marseille la veille et accompagné de deux remorqueurs (le Provençal 6 et le Phocéen ), le Lydia arrive en vue du Barcarès  le dimanche 11 juin 1967 au petit matin. 



Première étapes de l'échouage, des câbles sont fixés à la proue du paquebot, puis fixés à terre à de puissants engins de chantier, tandis que les remorqueurs se fixent à l'arrière du navire afin de maintenir l’axe du chenal. La Tramontane, tout de même un peu forte, ne facilitant pas les opérations



Enfin, les engins de chantier se mettent à tirer le paquebot. 

Bien aligné face au chenal par la poussée des remorqueurs, le Lydia avance doucement entre les bouées qui marquent les limites du chenal d'accés. Une élingue se rompt soudain sous l'effet du vent et le navire se met à dériver, risquant de s'échouer. Sur la plage la tension est extrême tandis que les deux remorqueurs interviennent pour le remettre dans l'axe. Plus de peur que de mal mais lorsque le sénateur se retourne, autour de lui tous les ingénieurs étaient livides. Fausse alerte !


















Les opérations ne sont néanmoins pas terminées. Mètre après mètre, Le Lydia pénètre à l’intérieur des terres suivi comme son ombre par le Provençal 6. Malgré quelques frayeurs dues essentiellement à la Tramontane qui ne faibli pas, le Lydia s’immobilise à l’emplacement prévu, et le Provençal 6, peut décrocher sa remorque et regagner avec la pleine mer.






Les techniciens qui commandaient la manœuvre, n’en ont pas fini pour autant. Le Lydia flotte à cent mètres à l’intérieur des terres certes, mais plusieurs opérations successives doivent encore le faire pivoter, puis le surélever pour amener la ligne de flottaison au niveau de la plage soit 3 mètres au-dessus du niveau de la mer. Enfin, il s'agit de l’immobiliser définitivement dans son lit de sable. Le planning prévoit que l'échouage sera achevées le 30 juin.



Les bulldozers entreprennent d’abord de combler le chenal et de refermer le port pour isoler le Lydia de la mer, ce qui est terminé deux jours plus tard. La drague, qui joue le rôle de pompe géante, intervient alors et comble une partie de ce qu’il reste du petit port remplaçant l’eau par le sable. 








Phase suivante : une digue de sable, recouverte de bâches de plastique, est élevée tout autour du lit du Lydia.





La drague y déverse bientôt des centaines de mètres-cubes d’eau et le Lydia s’élève peu à peu, comme dans un sas d’écluse.  Sa ligne de flottaison est à présent au-dessus du niveau de la plage et il peut être lentement amené par les bulldozers à la verticale du berceau qui lui a été confectionné. Il suffit dès lors de pomper l’eau pour qu’il vienne délicatement s’y poser.  





Au final, la drague et les bulldozers feront enfin disparaître toute trace du port .





Le «Paquebot des sables» est né!




Bon anniversaire le vieux !!!



Olivier Alba