Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics Lydia MOONTA: 2017

r

Nous sommes des Barcarèsiens, qui aimons et protégeons ce patrimoine inaliénable de notre commune

vendredi 21 avril 2017

Les "vies du Lydia" depuis son arrivée. Episode 1: La SEMETA


ÉPISODE 1: L'époque de la SEMETA.
(1967/1973)
 
Il semblait intéressant de faire un état des lieux sur notre paquebot époque par époque depuis sa mise à terre en 1967.

La première époque est donc celle juste après l'échouage, époque qui verra les entrailles du navire s'adapter à sa nouvelle mission touristique.

Après de premiers travaux aux Chantiers Terrin à Marseille (essentiellement de chaudronnerie), il est convoyé au Barcarès.
Crédit photo: Sybille

De 1967 à 1973, le paquebot sera loué par la SEMETA (société mixte d'aménagement qui a en charge la création de la station du Barcarès) à une société créée pour l'occasion: La SODELOR qui a mission de l'exploiter.

Sur les extérieurs le navire est quasi intact et "dans son jus", ce qui fait son succès auprès des 300 000 touristes qui se ruent à bord dés la première saison. Certains espaces authentiques ont été préservés comme le social-hall, le bar arrière (pont promenade), la salle à manger (deuxième pont). Les deux ponts de cabines (premier et deuxième pont) sont encore intacts. On pense un temps à les transformer en hôtel mais le projet est abandonné.

Une longue estacade figure un quai tandis que les deux chaines d'ancre laisse à penser qu'il est mouillé dans le sable.

Pour les aménagements intérieurs le sénateur Gaston Pams, président de la SEMETA, aura ces mots flamboyants: "Que du beau et du cher !"

On fait donc appel à des artisans spécialisés et des compagnons pour réaliser les luxueux aménagements: le détail ici

 Sur le pont avant à pris place une piscine et un bar qui connaitront immédiatement un succès incroyable: 

Source crédit photo: éditions Dino
 
Le bar et la piscine



 
Source crédit photo: éditions Dino

La salle à manger d'origine des premières classes, entièrement recouverte de panneaux plaqués en citronnier de Ceylan, accueille les clients dans un cadre de rêve

Extrait d'une brochure publicitaire SEMETA

Source crédit photo: éditions Dino

Devant le navire, l'hélice (qui n'est pas celle d'origine mais l'hélice de secours qui se trouvait dans la cale avant) brille de mille feux en accueillant les curieux:

Notez la résidence la Sardane encore en construction
 Source crédit photo: éditions Dino

Dans la cale avant est aménagée la première discothèque le "Trunk" sous la houlette de Roland Vonné.

Source crédit photo: éditions Dino


Dans la cale arrière et le compartiment des diesels MAN est installé un snack-bar appelé très opportunément la "Cambuse", entièrement plaqué en pin d’Oregon verni. Les suspensions rappellent les lamparos catalans. Les cloisons inclinées respectent les formes de la coque: on est bien dans un bateau!

Source crédit photo: éditions Dino
Sur la dunette arrière, les deux barres mécaniques de secours sont impeccables:




Collection personnelle webmaster
 Source crédit-photo :© photothèque Lydia Moonta

Sur le premier pont à l'avant est aménagé un bar et des boutiques: "Le Trunk store". 

Par des hublots on peut apercevoir les nageurs de la piscine au-dessus. Les murs sont recouverts de placage en bois précieux verni, le laiton brille doucement dans une ambiance luxueuse et très marine:

Source crédit photo: éditions Dino

 Sur le pont des embarcations on déambule entre les canots et, clou de la visite, on s'enthousiasme pour la timonerie parfaitement conservée. C'est l'endroit le plus couru du bord !


Source crédit photo: éditions Dino
Même les cuisines dernier cri font l'objet d'une carte postale!!!

Source crédit photo: éditions Dino
On peut comprendre à la vue de ces "photos témoins" l'engouement que procure le paquebot. Les aménagements sont impeccables, de bons goût, indémodables et surtout en parfaite adéquation avec l'esprit "paquebot" que le visiteur recherche.
On se bousculera à bords durant les cinq ans et demi d'exploitation par la SEMETA.

Photo collection J-M Parés
Seul changement au cours de ces cinq années, les couleur de la cheminée (noire liseré rouge en haut) qui, au départ, arborera un écusson de la SEMETA sur fond bleu, figurant deux sirènes:

 
Très rapidement remplacé par un logo plus stylisé et moderne figurant une maison (sic!)
Le style paquebot, les ambiances marines sont et resteront indémodables. Faire du moderne ou du "tendance" en un tel lieu, c'est prédestiner le paquebot à se démoder dans les dix ans qui viennent et manquer de respect à "l'historicité" et la dimension patrimoniale du lieu...

La seconde partie qui traitera de la période 1973/1980 nous le prouvera de manière éclatante....

A suivre...
Olivier Alba


vendredi 14 avril 2017

Le Lydia-Moonta en cartes postales. Episode 1, Australie et Grèce



Sous le pavillon de l'Adéalaïde-Ship-Company :









variante :











Sous le pavillon de l'Hellenic-Mediterranean-Lines :








Olivier Alba / Xavier Cuvelier-Roy


vendredi 7 avril 2017

Qu'est ce qu'on mange à bord? La gastronomie sur le Lydia-Moonta





A bord du Moonta on mange bien !

Adélaïde Steamship Co (1931-1955)


Menu de guerre dit "d'austérité"

Menu dans les deux dernières années de navigation du Moonta en Australie


Mais à bord du Lydia c'est pas mal non plus...

 Le Restaurant du Lydia 
(époque SEMETA) 1967/1973



























Décidément on se régale !!!



Le restaurant "Isadora"- Casino du Lydia- (1974-1978)

Pas de menu retrouvé à ce jour du restaurant "Isadora", mais des photos qui nous présentent les mets servis à table. Il est à noter que c'est le célèbre cuisinier Georges Landriot qui officie en cuisine et confectionne aussi les "en-cas" du snack "le Crésus juste un pont en dessous

Le maitre d'hotel


le Gibier




Et enfin pour terminer le restaurant 
"Côté mer" époque Partouche







 
















Bon appétit !!!

                                                             Olivier Alba

samedi 1 avril 2017

Le Lydia en péril "masqué" ?


Nous sommes le 2 avril, la récréation est terminée (jusqu'au 1/1/2018 !) :




Habile maquillage ? La question nous est posée par le contre-amiral (CR) Lasticoach, qui prend une heureuse retraite depuis une paire d'années au Barcarès, dans une villa qu'il a acquis dans les années 70.

"Ce navire m'a toujours inspiré, c'est normal pour un marin et je passe de longs moments, au cours de ma promenade quotidienne, à le voir progressivement reprendre ses belles formes d'origine.

Mais je suis très surpris de la manière avec laquelle un problème important a été traité malgré les nombreuses alertes que j'ai lancé ces dernières années.


J'ai en effet constaté (mètre-ruban en main, fil à plomb et photos à l'appui) un affaissement de sa structure, au tiers avant pour être plus précis, conséquence probable de la déliquescence du lit de sable et gravier sur lequel il repose depuis 1967. Effet mécanique du ressac lors des tempêtes, pression du bétonnage qui l'enserre ou... ? L'étrave loin de s'enfoncer, s'est au contraire élevée au fil des années de 27 centimètres et les membrures apparaissent sous les tôles qui se sont froissées  !
 


C'est doublement inquiétant, car cela démontre que ce n'est pas la masse qui s'enfonce, mais au contraire la partie avant qui s'est élevée : à l'évidence la structure du Lydia s'est fragilisée et une pliure est apparue au tiers avant, peut-être due aux multiples ouvertures tronçonnées dans ses flancs. Celles-ci sont fort heureusement réduites actuellement au strict nécessaire: simple coïncidence ou tardive prise de conscience ?"


Alors... cette nouvelle (et conforme) ligne de flottaison masque-t-elle en fait un problème grave pour sa conservation ?























Nous posons la question !

Nous remercions le contre-amiral Lasticoach pour cette communication avec le schéma et les photos qu'il nous a aimablement autorisé à reproduire ici
 

Souvenez-vous du poisson d'avril 2016 : ICI