Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics Lydia MOONTA: janvier 2017

r

Nous sommes des Barcarèsiens, qui aimons et protégeons ce patrimoine inaliénable de notre commune

vendredi 27 janvier 2017

Le patrimoine maritime en France et à l'étranger épisode 3

Dans ce tour des pays qui ont conservé un important patrimoine maritime, certains étaient attendus, comme les pays anglo-saxons, mais d'autres sont plus surprenants.
Il en est certains qui sont là où on ne les attend guère comme par exemple:

La Russie

Ce pays, considéré comme une puissance continentale a, dès l'Union Soviétique, eu une politique de conservation des navires anciens comme en témoigne la possession par la Fédération de Russie des deux plus grands voiliers du monde que sont:

Le Sedov (ex-Magdalene Vinnen allemand)

 
Le  Sedov est le plus grand voilier navire-école du monde. 
Navire de commerce allemand construit en 1921, il est donné à la Russie en 1950 à titre de dommage de guerre et devient navire école des élèves officiers de l’université maritime de Mourmansk.


...Et le Kruzenshern (ex- Padua allemand)






Le Krusenstern  est un quatre-mâts barque russe construit en 1926 à Bremerhaven-Wesermünde, en Allemagne, sous le nom de Padua.
Il a été livré à l'URSS en 1946 au titre des dommages de guerre et rebaptisé du nom de l'explorateur du début du XIXe siècle, Adam Johann von Krusenstern.
Des quatre Flying P-Liners qui existent encore, l'ex-Padua est le dernier en service. Il est basé dans les ports de Kaliningrad , sur les bords de la mer Baltique, et Mourmansk. Après le Sedov, c'est le plus grand des voiliers traditionnels encore en activité.


Il est à noter que nous pouvons voir régulièrement ces deux géants habitués du rassemblement Escale à Sète tous les deux ans (années paires).

 ...Et enfin le MIR



Le Mir (« paix » en russe) est un voilier de type trois-mâts carré en acier battant pavillon russe et construit en 1987 à Gdańsk  (Pologne). 
Son port d'attache est Saint-Pétersbourg. Il est l'un des plus longs voiliers du monde.


 ...Et dans la marine plus récente le fameux croiseur Aurora

 
 
Le croiseur Aurora  est un croiseur protégé de la Marine impériale russe. I
Le croiseur Aurore fait partie du deuxième escadron du Pacifique lors de la guerre russo-japonaise (1904-1905) et prend part à la bataille de Tsushima. Il sert également lors de la Première Guerre mondiale puis devient un symbole de la révolution d'Octobre en tirant à blanc un coup de canon, signal de l'attaque imminente du palais d'Hiver, siège du gouvernement provisoire, le 25 octobre 1917.
Remis en état en 1945-1947, le navire est ancré sur les bords de la Neva à Saint-Pétersbourg et devient navire musée en 1957. 



La Russie offre une transition vers l'Asie ou les exemples de conservation ne manquent pas non plus comme par exemple, le champion local de la conservation de son patrimoine qu'est le Japon, et ce, malgré sa quasi destruction suite au second conflit mondial, avec des navires tels que le...

Le Kaiwo Maru...



 Le Kaiwo Maru (ou T.S. Kaiwo Maru) a été construit en 1930 à Kōbe sur le chantier naval Kawasaki, en même temps que son sister-ship le Nippon Maru pour devenir navire-école de la marine marchande.
Ce quatre-mâts barque est aujourd'hui un navire musée.


...Le Nippon Maru...


Le Nippon Maru  a été construit en 1930 à Kōbe sur le chantier naval Kawasaki, en même temps que son sister-ship, le Kaiwo Maru pour devenir navire-école de la marine marchande.
Ce quatre-mâts barque est aujourd'hui un navire musée visible au Minato Mirai 21.


...Le Kaiwo Maru II...


 Le Kaiwo Maru II (ou T.S. Kaiwo Maru II) a été construit en 1989 sur le chantier naval Sumitomo Heavy Industries, Ltd. au Japon. Il est le sister-ship du Nippon Maru II lancé en 1984.
Ce quatre-mâts barque remplace le Kaiwo Maru, navire musée visible au Kaiwo Maru Park de Tokyo.


...Le Nippon Maru II...


Le Nippon Maru II a été construit en 1984 sur le chantier naval Sumitomo Heavy Industries, Ltd. au Japon.
Ce quatre-mâts barque école navigant remplace le Nippon Maru, devenu musée


...
Ou la réplique du Le Kankō Maru qui  était le premier navire de guerre à vapeur japonais....
 
 

Il s'agissait d'un trois-mâts barque hollandais de 65,80 m, équipé d'une machine à vapeur à charbon auxiliaire tournant une roue à aubes latérale.
Cette reproduction fidèle de l'original a été construite aux chantiers navals de Verolme aux Pays-Bas en 1987, basée sur les plans originaux du Soembing, préservés au musée maritime national à Amsterdam.
...Sans oublier bien sur le fameux Mikasa, cuirassé amiral japonais lors de la non-moins fameuse bataille de Tsushima 
 


Le Mikasa est un cuirassé pré-Dreadnought de la marine impériale japonaise lancé le . Il s'agit du dernier pré-Dreadnought encore existant aujourd'hui. Avec le croiseur russe Aurora, le Mikasa est un des deux derniers survivants de la bataille de Tsushima (27 mai 1905).
Mis en service en , il servit comme navire amiral de l'amiral Togo pendant les batailles de la mer Jaune et de Tsushima durant la guerre russo-japonaise.
Il est aujourd'hui utilisé comme navire musée de la Marine à Yokosuka

...Et enfin pour terminer  le paquebot Hikawa Maru, contemporain du Lydia-Moonta et troisième plus vieux paquebot au monde auquel nous avons déjà consacré un article ICI...





La Chine 

Avec le paquebot Minghua (ex-français Ancerville), nous lui avions déjà consacré un article ICI)


...Ou encore le m/v BRASIL MARU (1954) à ZHANJIANG, auquel nous consacrerons un prochain article puisqu'il fait une entrée fracassante dans le classement des plus vieux paquebots du monde


 

 Paquebot mixte construit en  1954 pour la  Osaka Shosen Kaisha Line’s Transpacific pour assurer la ligne transpacifique entre les ports de Kobe au Japon,  et les ports sud-américains  de  Santos au Brésil et Buenos Aires, via le canal de Panama. Retiré du  service en 1974, le navire devient un musée dans le port de  Toba (Japon). Déplacé à  Zhanjiang, en Chine en 1997, il est préservé depuis, transformé en  musée et restaurant.




A suivre...


Olivier Alba

vendredi 20 janvier 2017

Le deuxième vie du Lydia: La période grecque.


Aprés 24 ans de bons et loyaux services au sein de l'Adélaïde Steamship Co Ltd, Le Moonta est mis en vente par la compagnie australienne. 

Un temps utilisé comme ferry en remplacement du Taroona, il trouve au bout de six mois acquéreur auprès d'un armateur grec, la Hellenic Méditerranéan Lines (ELMES). Celle-ci prend possession du navire à Melbourne le 21 décembre 1955 et le bateau est rebaptisé Lydia, du nom d’une ancienne province grecque de l’antiquité.

Le navire appareille alors pour le Pirée, son nouveau port d’attache. A Adélaïde, le Lydia embarque un équipage grec qui doit se familiariser avec le navire.

Le Lydia après transformations au Pirée

Dans les hommes embarqués, le célèbre écrivain de marine grec Nikos Kavvadias (Νίκος Καββαδίας) connu notamment pour son roman très noir «Vardia » (Le Quart) paru l’année précédente.

Le nouvel armateur s'extasie même de l'exceptionnel état dans lequel se trouve le paquebot nouvellement acquis le jugeant même "d'une propreté de haut niveau presque exagérée" (sic) 

Embarquement

 Le navire retraverse donc la moitié du globe pour joindre les eaux de la Méditerranée qu’il avait visité une première fois 24 ans plus tôt. Arrivé en Grèce, il passe par les chantiers du  Pirée où il subit quelques transformations pour l’adapter à sa nouvelle destination: une navigation à travers la Méditerranée. La capacité est doublée, passant de 157 à 280 passagers, et l’on installe quatre canots supplémentaires, portant le chiffre total d’embarcations de sauvetage à huit. Sa plage arrière est elle aussi modifiée  pour recevoir, en lieu et place de l’ancien espace de tennis de pont, une petite dunette accueillant des cabines équipage supplémentaires ainsi qu’une infirmerie.



Le navire est divisé en trois classes: 51 passagers en première classe, 106 pour la classe «touriste» et enfin 123 en troisième classe qui s’entassent dans un grand dortoir à lits superposés situé sur le pont B au-dessus des cales avants. Il est aussi prévu que le paquebot puisse emporter 180 «embarquants» supplémentaires en «plein air» sur la plage avant, et ce uniquement pour de courtes traversées. Rien n’indique d’ailleurs que cette éventualité ne fut réellement utilisée un jour… On peine àimaginer le Lydia chargé à ras les pavois de 460 passagers.

Au printemps 1956, il reprend enfin du service sur le trajet Le Pirée/ Venise/Brindisi/ Alexandrie, mais très rapidement il est affecté à une autre ligne reliant Marseille à Beyrouth, avec escales à Gênes, Naples, Le Pirée, Alexandrie et Limassol Chypre). Au retour, il ajoute une escale à Port-Saïd, au débouché du canal de Suez. 

 
 


 Dés son entrée en service le Lydia va être pris dans les tourments de l'histoire car, en 1956, suite à la privatisation du canal de Suez, il va embarquer dans un premier temps les familles des européens qui travaillaient pour la compagnie du canal, mais aussi par la suite, les juifs égyptiens que Nasser a désigné comme Personna non grata suite à la guerre contre l'état d'Israël et l'opération franco-britannique de Suez.

 
 




Ces événements passés, le Lydia retrouve la tranquillité de son périple autour de la Mare Nostrum sans incident notoire.

La ligne du Lydia en Méditerranée.
 
Seul changement, le navire reçoit quelques mois plus tard une nouvelle livrée grise, couleur plus adaptée au climat méditerranéen et couramment employée dans la marine commerciale grecque. A cette occasion la dunette est surmontée d'un coupe-vent sur son avant pour rendre l'endroit plus agréables aux classes "touristes" qui sont seuls à profiter de la partie arrière du paquebot.

La livrée grise du Lydia
 

A l'orée des années 1960, le monde change et les anciennes première classe et classe touriste sont refondues en une seule «uniclass», plus en accord avec les mentalités de l’époque.



Ce trajet à travers la Méditerranée ne dure que dix ans et en décembre 1966, le  Lydia, regagne définitivement le Pirée après 35 ans de service à la mer, dans l’attente d’un acheteur ou plus probablement du départ pour le chantier de démolition...

...C'est là que va se jouer le fabuleux destin de celui qui va devenir le Paquebot des sables...




vendredi 13 janvier 2017

Le patrimoine maritime en France et à l'étranger épisode 2

Dans le premier épisode, nous avions vu que les anglo-saxon, le Royaume uni et les USA en particulier étaient, et de loin, les champions du monde de la sauvegarde du patrimoine maritime.
Mais ils ne sont pas les seuls, dans le monde, et en Europe en particulier d'autres pays s'engagent farouchement pour préserver ces monuments d'histoire que sont les navires anciens, reliques d'un passé plus ou moins lointain, et souvent révélateur d'une puissance maritime passée, comme par exemple:

 la Suède

Qui possède le plus vieux navire de guerre: le Wasa



Trois siècles après son naufrage, le Vasa fit sa réapparition. Repéré par une équipe de scientifiques dès les années 50, le navire refait surface en 1961. Véritable prouesse technique, il est lentement extrait de la vase dans laquelle il gisait depuis 1628, dans un état exceptionnel. Véritable trésor archéologique, le Vasa est soigneusement traité pour maximiser sa conservation à l’air libre. En 1990 ouvre le musée Vasa, gigantesque bâtiment à quelques centaines de mètres de l’ancien port de construction du navire. Dans le splendide musée, nous pouvons désormais admirer l’immense navire, comprendre sa construction et son naufrage, et se plonger, le temps de quelques heures, en Suède, au mois d’août 1628…


 ... Ou encore la très belle réplique du Göhenborg, Un indiaman du 17ème siècle...


... Et enfin le Viking...




Le Viking est un quatre-mâts barque qui a été construit en 1906 par les chantiers Burmeister & Wain (le monde est petit !) à Copenhague. Depuis les années 1950, il est plus connu sous son nom suédois de Barken Viking (« la barque Viking »).
Il est amarré dans le port de Göteborg et sert d'hôtel au parc d'attractions de Liseberg.


 La Norvège 

Qui a conservée le drakkar Oseberg


 Le bateau d'Oseberg est un bateau viking ayant été découvert dans un large monticule funéraire près de la ferme Oseberg, dans la région de Tønsberg dans le Vestfold. Il a été dégagé par l'archéologue suédois Gabriel Gustafson, et l'archéologue norvégien Haakon Shetelig en 1904-1905.
Le bateau et son contenu sont visibles au Musée des navires vikings d'Oslo.

...Ou encore le Framm

 

Le Fram (« En avant ») est un navire qui fut utilisé pour l'exploration polaire successivement par les explorateurs norvégiens Fridtjof Nansen, Otto Sverdrup et Roald Amundsen entre 1893 et 1912.
C'est une goélette à trois mâts (1892)  en prévision de l'expédition de Nansen, au cours de laquelle elle devait se laisser prendre par la banquise afin de dériver par dessus le pôle Nord.
Le Fram est maintenant exposé et conservé dans le quartier de Bygdøy à Oslo dans un musée qui lui est consacré, le Frammuseet.

...Et le navire école  Staatsraad Lehmkuhl...


Le Staatsraad Lehmkuhl, ex-Grossherzog Friedrich August est un trois-mâts barque norvégien construit en 1914 encore en activité, initialement navire-école de la marine marchande allemande.


La Finlande

 Le Sigyn...

 
 Le bateau sort du chantier naval de Göteborg en 1887. C'est le dernier trois-mâts en bois construit pour servir de navire de commerce.
Le Sigyn, sous pavillon suédois, transporte du bois jusqu'à un grave incident en 1913. Il est réparé en minimisant les coûts mais n'est alors plus en mesure d'effectuer des voyages transocéaniques.
Il est vendu aux îles Åland en 1927, puis racheté par l'Académie d'Åbo et transformé en musée en 1939.

...Ou encore le Suomen Joutsen  

.
 Le Suomen Joutsen a été construit en 1902 à Saint-Nazaire au Chantiers de la Loire, sous le nom de Laënnec. Il a été commandé par la Société anonyme des armateurs nantais, il fait partie des voiliers à prime. Il est aujourd'hui  bateau musée dans le port de Turku

...Et enfin le Pommern ! (Pas mal pour un petit pays !!)

 Le Pommern, est un des Flying P-Liners, les fameux voiliers de la compagnie de transport maritime allemande F. Laeisz transportant du titrate d'Amérique du Sud. Il fut construit en 1903
Plus tard il a été utilisé pour transporter le grain de la région du golfe de Spencer en Australie (tient tient..Il a dût croiser le Moonta...) vers l'Angleterre ou l'Irlande jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale.
Le Pommern est maintenant un bateau musée ancré à Mariehamn

La Pologne 

...Avec le navire Dar Pomorsa...
 
Le Dar Pomorza (1909), ex-Prinzess Eitel Friedrich, est un trois-mâts carré, d'origine allemande, construit au chantier naval Blohm et Voss Hamburg, qui servit de navire-école pour la marine marchande allemande, puis polonaise. C'est aujourd'hui un bateau musée à Gdynia (Pologne)., (sister-ship du Duchesse Anne Français)

 L'Allemagne 

...qui malgré le pillage de sa marine aprés la seconde guerre mondiale a conservé le Passat

 Quatre-mâts barque à la coque métallique, ce fut l’un des trois clippers, avec le PEKING et le PAMIR (disparu lors d'un naufrage en septembre 1957), à être construits pour le commerce des nitrates entre le Chili et l’Europe, via le Cap Horn qu’il passa 39 fois ! Il fut lancé le 20 septembre 1911.

 ...Le Seute Deern...

Le Seute Deern est un trois-mâts barque allemand, à coque bois de 1919. Il provient de la transformation du quatre-mâts goélette Elisabeth Bandi effectuée en 1939.
Il sert désormais de restaurant au Musée allemand de la Marine dans le port de Bremerhaven.


...Le Schulschiff Deutschland...



Le Schulschiff Deutschland est un trois-mâts carré construit en 1927 dans l'ancien chantier naval Tecklenborg de Geestemünde (Bremerhaven aujourd'hui).
Ancien navire-école de la marine allemande, il a été inscrit dès 1994 au registre des monuments historiques du Land de Brême. Désormais il se trouve au mouillage de la ville de Brême.

...Le Gorch Fock 1...

  Le Gorch Fock, connu entre 1949 et 2003 comme le Tovarichtchi russe, est un trois-mâts barque construit en 1933 par les chantiers Blohm & Voss de Hambourg.
Il fut l'un des voiliers école de la Kriegsmarine avec ses sister-ships : l'ex-Horst Wessel devenu l’Eagle américain, l'ex-Albert Leo Schlageter devenu le Sagres II portugais et le Mircea commandé par la marine roumaine.


 ...Le Gorch Fock II...




Le Gorch Fock II, trois-mâts barque à coque d'acier, a été construit en 1958 dans les chantiers de Blohm & Voss de Hambourg, pour remplacer le Pamir qui a fait naufrage en 1957.
Son port d'attache est Kiel et il appartient à l'Académie navale de Mürwik.


...Le Rickmer Rickmers ...
Le Rickmer Rickmers est un trois-mâts barque construit en 1869 à Brême en Allemagne, autrefois connu sous le nom de Sagres II lorsqu'il était en service comme navire-école dans la marine portugaise de 1944 à 1948. Il est aujourd'hui un navire musée à quai au musée maritime d'Hambourg. 


 ...ou le U-Boat U-995

 
Il s'agit du dernier U-Boot de type VII encore existant au monde, et il se trouve actuellement au Mémorial naval de Laboe, au Nord de Kiel, dans le Schleswig-Holstein, où il est possible de le visiter.


Les Pays-Bas

Malgré leur relative petite taille ont eu aussi un patrimoine maritime riche, à l'image de ce que fût la puissance navale hollandaise, plus grande flotte commerciale du monde au 17ème siècle avec entre autre une très belle réplique d'un clipper le Stad Amsterdam:

Le Stad Amsterdam (littéralement : Ville Amsterdam) est un clipper trois-mâts carré à coque métallique, construit à Amsterdam, de 1997 à 2000. Il est le plus jeune de la flotte dans cette catégorie.
Le clipper Stad Amsterdam est un clipper moderne, conçu dans la tradition des clippers rapides des années 1850/1860.

...La réplique d'un idiaman l'Amsterdam

 L’Amsterdam était un bateau marchand de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (en ancien néerlandais : Vereenigde Oostindische Compagnie ou VOC), qui disparut près de Hastings en 1749 au cours de son premier voyage.


 ...Mais aussi le paquebot Rotterdam auquel nous avions consacré un article ICI



...Ou encore la réplique d' un navire de la compagnie des Indes le Batavia


La Belgique:


Le Mercator:


Construit en 1931 dans le chantier de Leith en Écosse,  Il formera chaque année a partir de 1932 une cinquantaine d'apprentis officiers encadrés par une douzaine d'hommes d'équipage.
Durant la Seconde Guerre mondiale, il passe sous pavillon anglais. Lorsqu'il rejoint la Belgique en 1947, il est en piteux état et ce n'est qu'en 1950 qu'il pourra reprendre la mer.
Depuis 1961, il ne forme plus de jeunes officiers mais sa carrière continue. À quai, à Anvers puis à Ostende, c'est devenu un monument touristique qui reçoit près de 130 000 visiteurs par an.


Plus surprenant, le pays du sud de l'Europe ne sont pas de reste comme:

 la Grèce:

...qui a conservé le croiseur cuirassé Georgios Averoff

Le Georgios Averoff était un cuirassé de classe Pisa de la marine royale grecque qui a servi comme navire amiral durant la première moitié du XXe siècle. C'est en fait un croiseur cuirassé et il est le seul navire de ce type existant encore.
Il est désormais exposé comme navire musée dans le port de Phalère, un des trois ports de la cité antique d'Athènes.

Ou une réplique de la trirème: L'Olympias...




Olympias est la réplique d'une trière athénienne et un exemple important d'archéologie expérimentale.

L'Espagne:

...avec la goélette  Juan Sebastián de Elcano...

Le Juan Sebastián de Elcano est un quatre-mâts goélette à hunier en acier et le voilier école de la marine espagnole. Il a été lancé en 1927. Ce navire porte le nom du second de Magellan, premier homme a avoir fait le tour du monde sur la nao Victoria.

C'est actuellement le troisième plus grand voilier du monde après les russes Sedov et le Krusenstern.

... Ou la réplique de la nao Victoria


La nao Victoria fut le seul des cinq navire de Magellan qui rentrera aprés le tour du monde de Magellan, commandé par le célèbre inconnu Juan Sebastian del Cano


Le Portugal:

Avec le voilier école Sagrés:

 Le NRP Sagres, ou Sagres III, est un trois-mâts barque, à coque acier, construit en 1937 à Hambourg en Allemagne sous le nom d'Albert Leo Schlageter. Il est devenu, en 1962, navire-école pour les cadets de l'École navale portugaise.

L'Italie 

 ...avec le fabuleux Amerigo Vespucci...



 
L’Amerigo Vespucci est un voilier-école italien. Il appartient à la marine militaire italienne, utilisé à la formation des élèves officiers. Lancé en 1931 (la même année que le Moonta-Lydia); Il est actuellement l'un des plus anciens trois-mâts carré à naviguer, et un des plus grands voiliers école militaire du monde.
Le voilier porte le nom du célèbre navigateur italien Amerigo Vespucci qui est considéré comme le premier européen à comprendre que les terres découvertes par Christophe Colomb font partie d'un nouveau continent, donnera son nom au nouveau continent, et sombrera dans l'anonymat...

...Ou le plus petit Palinuro

Ce navire fut lancé en France sous le nom de Commandant Louis Richard, pour le compte de la Société des pêches malouines. Il était destiné à la pêche au cabillaud sur Terre-Neuve.
 Racheté, en 1951, par la Marine italienne.  l'intérieur est transformé pour servir à sa nouvelle vocation, celle de navire-école.


A suivre...

Olivier Alba