Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics Lydia MOONTA: février 2018

r

Nous sommes des Barcarèsiens, qui aimons et protégeons ce patrimoine inaliénable de notre commune

samedi 17 février 2018

Le paquebot des sables- le tome 5 fantôme- épisode 1


  Lorsque sort la bande dessinée "Le Paquebot des sables", il était prévu au départ 6 tomes.
 Hélas, les aléas feront que cette très belle série demeurera inachevée.
 Le président d'honneur de l'AAML, Jacques Hiron, scénariste et auteur de cette bande dessinée a bien voulu nous confier le scénario de ces 2 tomes manquants ainsi que la documentation qui aurait été fournis au dessinateur. 
La voilà donc pour vous en exclusivité.




On peut s'apercevoir que la bande dessinée diffère en de nombreux points au roman dont elle est extrapolée.

 


















Le "Paquebot des sables"
le tome 5 fantôme
Scénario tome 5 (Fred)

Compilation des deux tomes initialement prévus :
Fred (tome 5 ) et Fred et Elsa (tomes 6)

Repères  : en 1967, Fred (né en 1931) a 36 ans, Ingrid (né en 1903) 64 ans, Edward (né en 1905) 66 ans, Elsa 24 ans (née en 1943), et Klaus (né en 1896) 71 ans

Prologue (1 planche)

Un récit type flash-back dont l’action se passe en 1945, aux Philippines, où l’on voit les soldats japonais dissimuler de mystérieuses caisses et liquider sauvagement ensuite les prisonniers qui ont contribué à l’opération : des Coréens principalement. Pas de Blancs.

Planche 1

Case 1
Texte de légende off : “Juin 1945, à côté de Manille, aux îles Philippines... »
On découvre des prisonniers asiatiques (cinq ou six), encadrés par deux soldats japonais (un capitaine dont on apprendra plus tard qu’il se nomme Tadashi, revolver au poing, et un sergent, fusil mitrailleur en bandoulière ). Il sont dans une sorte de galerie de mine très rudimentaire.





Les prisonniers portent péniblement des caisses en bois, apparemment très lourdes, dont on ne sait pas ce qu’elles contiennent. Des anneaux métalliques sont fixés sur les côtés dans lesquels une barre de bois est enfilée. Deux barres par caisse. Deux hommes portent une caisse : un devant et un derrière. Quelques inscriptions en japonais sur ces caisses ne renseignent pas le lecteur pour autant.
Sans bulle de dialogue


Case 2
Ils font ensuite descendre les caisses dans une sorte de puits. Une grande trappe en bois, remontée à la verticale en l’occurrence, permet de toute évidence de le refermer.
Sans bulle de dialogue
Case 3
Les six hommes sont tous remontés du puits. Ils sont regroupés à côté, semblant attendre les ordres. Plutôt apeurés. On ne voit plus de caisses. Elles ont toutes été déposées au fond du puits.
Sans bulle de dialogue
Case 4
Le sergent a armé son fusil-mitrailleur modèle Hotchkiss (voir doc)
  • Exécution, sergent ! (Tadashi Il a toujours son pistolet à la main, mais il pointe le sol car son bras pend.
Case 5
Le sergent lâche de longues rafales qui hachent menu les six hommes. Ils s’écroulent à terre
RATATATATATATA ! RATATATATA !
Sans bulle de dialogue
Case 6
  • Mission accomplie, mon capitaine… (Le sergent se retourne vers le capitaine. Il est en train de repousser avec le pied le dernier corps au fond du puits et s’apprête à refermer la trappe
  • Parfait sergent... (Tadashi, impassible en train de relever son pistolet)


Case 7
Tadashi descend froidement le sergent, l’air impassible ou résigné. Ou les deux
Sans bulle de dialogue
Case 8
Tadashi a refermé la trappe. On ne voit plus le corps du sergent qui a été balancé de toute évidence au fond du puits. Il déverrouille une autre trappe située en oblique entre le plafond du tunnel de la galerie et la paroi, au niveau du puits. Elle était maintenue fermée par une barre métallique cylindrique coulissant dans deux anneaux fixés dans la paroi
Sans bulle de dialogue
Case 9
  • Mission accomplie également pour moi. Le général Yamashita sera satisfait... (Tadashi contemplant le sable qui se déverse dans le fond de la galerie par la trappe ouverte et enseveli l’endroit où se trouve la trappe au sol


    général Yamashita

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant ce temps en Australie le Moonta poursuit sa carrière sans changements notables...


...A l'exception d'un canon de twelve pounds monté en poupe

 

 Séquence 1 (2 planches )

Le but de cette séquence est en partie de faire une sorte de bref résumé des évènements passés pour des lecteurs qui prendraient le train (non, pardon, le paquebot) en marche...

Texte du synopsis de base, pour mémoire.

Le départ du Danemark vers l’Australie, en 1963 (Fred a 32 ans, Ingrid 56 et Edward 58 ans) Réapparition pour cette occasion d’Ingrid et d’Edward. Fred annonce qu’il va partir. Il explique son envie de voyager, de découvrir de nouveaux horizons. L’opportunité qu’il a de faire une belle carrière en Australie dans le commerce international : c’est son domaine, il y réussit bien ici, au Danemark, il parle couramment l’Anglais, le Français et l’Allemand et se débrouille même assez bien en Japonais. La proposition d’embauche qu’on lui a faite est très séduisante. Fred a toujours été extrêmement doué pour les langues. On saura alors, via Ingrid, quel fut son parcours depuis l’enfance. Ingrid évoque leur premier voyage et le bateau dont son père à supervisé la construction. 

 
Le Lancement du Moonta

 Retrouvera-t-on un jour sa fameuse serviette avec les secrets de son invention miraculeuse ? 

Rappel du drame de la mort de Karl, du Moonta qui navigue maintenant en Méditerranée sous le nom de Lydia. Fred fait comprendre qu’il doute de l’existence même de la fameuse serviette contenant les documents de son père. Ça fait si longtemps maintenant…Les adieux avec Ingrid et Edward. 

 

Le Lydia (ex-Moonta) aux couleurs de sa nouvelle compagnie en Méditerranée

   

Planche 2

Case 1
Une case panoramique situant la maison d’Ingrid sur un quai à Copenhague. Ambiance obligatoire ment maritime. Voir photo. L’immeuble est celui d’angle à façade blanche
Texte de légende off : A Copenhague, chez Ingrid et Edward, le 14 septembre1963...

Le Port de Copenhague, vue sur la maison d'Ingrid

 
Case 2
Un effet de zoom avant sur la façade de l’immeuble où est situé l’appartement d’Ingrid
  • Alors c’est décidé ! Tu pars pour l’Australie... (on ne la voit pas, mais c’est Ingrid qui parle. La flèche de la bulle désigne une fenêtre)
Case 3
La scène se déroule maintenant à l’intérieur de l’appartement. Décore-le à ton goût en te souvenant qu’Ingrid en a beaucoup et qu’elle a en plus des moyens financiers substantiels. A soigner, car il y a plusieurs cases qui utilisent ce décor.
Les cases suivantes de cette planche et celles de la planche suivante se situent au même endroit, il faut donc faire en sorte d’éviter une monotonie graphique. Tu as l’habitude de cela : champ et contrechamp, alternance de gros plans et de plans moyens, vues de l’extérieur avec une voix off, etc... Sans oublier les mouettes...
Tu peux jouer également sur la présence d’un petit marché sur la quai, en face de l’immeuble, avec des vues en contre-plongée mettant au premier plan des petites scènes amusantes : un gamin qui se fait mordre par un crabe tripoté sur l’étal du poissonnier, une dame (ou un type) qui fauche un fruit sur un autre étal, et toute autre idée du même genre qui puisse te venir à l’esprit.
  • Ecoute maman, si je ne profitais pas de cette occasion, je crois que je le regretterais toute ma vie... On a déjà parlé de tout ça... (Fred, 32 ans, assez beau gosse, mais quand même pas top model. Viril avec du charme.
  • Je sais Fred, je sais... Mais tu seras si loin…! (Ingrid avec du regret, 60 ans, très bien conservée
Case 4
  • Mais je reviendrai, bien sûr. Et Edward et toi vous pourrez venir. Ce ne sera d’ailleurs pas une première... (Fred avec conviction)
Case 5
  • Ce sera avec plaisir Fred. Ça nous rappellera de bons souvenirs... N’est-ce pas Ingrid ? (Edward, 62 ans, toujours très classe, très british)
Case 6
Gros plan sur Ingrid
  • C’est sûr... (Ingrid)
Case 7
  • Je crois vraiment que tu peux faire une belle carrière là-bas. C’est une belle place que l’on te propose... (Ingrid)
  • Et ton expérience dans le commerce international est un gros atout, autant que ton don pour les langues... (Edward)
Case 8
  • Aucune chance, par contre, de découvrir le mystère de la disparition des documents de ton père... (Edward)

Planche 3
Case 1
  • Pourquoi dis-tu ça ? (Fred, étonné)
  • Eh ! bien le Moonta, le paquebot où Karl a vraisemblablement caché les notes sur ses recherches avant d’être tué *, ne navigue plus en Australie... (Edward)

* Lire le premier tome du Paquebot des sables : Karl
Case 2
  • Ah bon ! Il a disparu ? (Fred)
  • Euh ...! En tant que Moonta, oui. Il fait maintenant la ligne Beyrouth-Marseille, sous le nom de Lydia. Pour un armateur grec... (Edward, très au courant)
Case 3
  • Qui sait si les Grecs retrouveront la formule des super-batteries électriques de Karl ...? (Ingrid, pensive)
  • Non !!? Je rêve ! Vous y croyez encore à cette chimère ? (Fred, assez stupéfait)
Case 4
  • Tu sais, Fred, ce n’était pas une chimère, ce qu’il a réussi à mettre au point...(Ingrid, sérieuse)
  • Oh ! que non... ! Ses batteries auraient révolutionné le monde industriel et militaire, et même notre vie quotidienne... Et c’est toujours d’actualité ! (Edward, en rajoutant)
Case 5
  • Je ne conteste pas. Mais vous admettrez que depuis le temps, ça date de 193., la seule explication de cette histoire, c’est que ses fameuses notes ont tout simplement disparu... (Fred, s’efforçant d’être logique et cartésien)
Case 6
  • Sans doute par mégarde, envolées, brûlées, coulées, jetées à la poubelle, allez savoir... Et même si ce n’est rien de tout cela, elles ne doivent plus être que de la charpie, du papier délavé et à moitié pourri... (Fred, poursuivant sur le même ton)
Case 7
  • Peut-être, bien sûr... Mais peut-être pas... J’ai su qu’il y en a qui les recherchaient encore il y a quelques années. Et pas des plaisantins... (Edward l’air mystérieux de celui qui sait)

Case 8
  • Eh bien, au moins je ne risque pas de les rencontrer en Australie...! (Fred avec un petit sourire)

 

 

Séquence 2 (ex 4) (3 planches. Cumul = 5 planches)

Texte du synopsis de base, pour mémoire.

Deux ans plus tard, en 1965. Fred est bien installé en Australie. Fana de plongée et de surf. Mettre en avant le côté dragueur de Fred.

En rentrant d’une séance de surf il est accueilli par une jolie australienne qui le chambre.

Réussite professionnelle et sociale de Fred. Évoquer la prise de pouvoir de Marcos, élu président cette même année aux Philippines.

Rencontres diverses, en particulier avec un ami français, originaires de Leucate. Aussi avec un japonais, du groupe Seibu. Contact également possible avec le futur auteur du livre Les guerriers de l’or : le journaliste Sterling Mergrave. 

   

Planche 4

Case 1
La scène se situe sur Bondi beach, la plage de Sydney. Beaucoup de photos sur Internet : faire une recherche d’images avec ce nom via Google. Pour des images d’arrière plan, voire de premier plan, tu pourrais utiliser quelques spécialités du lieu : le départ d’une course de natation avec tous les concurrent en maillots style 1900 pour les hommes et le sempiternels bonnets jaune, une course ou un entraînement de barques traditionnelles, l’arrivée du Père Noël en Zodiac (voir photos dans le guide Hachette de l’Australie)
Texte de légende off : Deux ans plus tard, le 22 décembre 1965, à Bondi beach, une plage proche de Sydney ...




La plage de Bondi Beach


 Un groupe de jeunes gens au premier plan (4 garçons, Stan, Paul, Sterling et le Yoshito japonais, tous la trentaine, et trois filles, belles et plus jeunes). En maillot de bain (type bermuda : c’est le look surfeur) car c’est le plein été en Australie. Ils discutent entre eux sauf une des filles qui a les yeux ailleurs, fixés sur les surfeurs (en fait sur Fred) La mer en arrière-plan avec quelques surfeurs sur les vagues qui déferlent près du rivage. Fred est l’un d’eux.




Surf in Australia- Bondi Beach 60's


Case 2
Sans bulle de texte
On aperçoit Fred qui sort de l’eau et se dirige vers un groupe sur la plage, sa planche de surf sous le bras
Case 3
  • Alors même les Danois se mettent au surf ? Boooff.. ! Tu ne t’en sors pas si mal, Fred... (la fille qui le suivait du regard dont on apprendra qu’elle se prénomme Carol

  • Merci, baby, mais ce n’est pas ma spécialité... (Fred, avec un sourire charmeur)
Case 4
  • Ah ! bon... Et, c’est quoi, ta spécialité...? (Carol rentrant dans le jeu de Fred)
Case 5
  • C’est un secret, mais je peux te le dire à l’oreille, parce que tu mérites certainement de le connaître... (Fred, sur le ton de la confidence)
Case 6
Fred s’est approché de la fille, lui a passé très naturellement un bras autour du cou, et lui murmure à l’oreille.
  • .....
Sans bulle de dialogue ou alors avec juste des points de suspension car ce qu’il dit n’est entendu que de Carol. Comme tu le sens.

Case 7
La fille ne dit rien mais son regard est expressif : elle fait les yeux ronds à la fois de surprise, de trouble peut-être, voire d’envie, mais aussi de doute....
  • Mais ça, tu le savais probablement déjà... C’est de notoriété publique ! (Fred à haute voix)
Case 8
  • Ben toi, alors ... !!! Tu ne serais pas un peu du genre vantard ? (la fille, un peu estomaquée)
Case 9
  • Eh ! Carol, si c’est ma parole que tu mets en doute, je suis très fâché ! Sache que je peux prouver ce que j’affirme... (Fred, presque sérieux et faisant semblant d’être vexé que sa parole soit mise en doute)
  • Question d’honneur ! Alors à ta disposition... Tu es libre ce soir... ? (Fred, dans une seconde bulle distincte)

Planche 5
La scène se déroule toujours sur la plage de Bondi beach avec les mêmes personnages.


Case 1
Case dont le cadrage doit faire apparaître l’ensemble des personnages
  • Arrête de draguer les filles de mon pays, Fred ! Viens plutôt nous donner ton avis... (Stan, un des garçons du petit groupe. Il est australien. Un signe vestimentaire pourrait l’indiquer : le drapeau national cousu sur son maillot, ou sa casquette, les couleurs...)
Case 2
Cadrage resserré sur Stan
  • Ton ami français, Paul, pense que nos vins australiens ne pourront pas concurrencer ceux de son pays. Qu’en dis-tu, toi l’européen ? (Stan, désignant Paul du doigt)
Case 3
Gros plan sur Fred
  • Bigre ! Pas sûr d’être un vrai spécialiste.. J’en dis, j’en dis... que Paul cite souvent un proverbe de chez lui : « Impossible n’est pas français... ». (Fred)
  • Alors il ne peut pas prétendre que ça soit impossible... (Fred dans une seconde bulle distincte)
Case 4
Cadrage plus resserré intégrant Carol au centre
  • Toi, tu aurais pu faire une belle carrière dans la diplomatie. Ça t’aurait aussi bien réussi que le business... (Carol)
Case 5
Cadrage plus large intégrant les autres garçons
  • Et toi, Sterling, le journaliste californien, tu as une idée là-dessus ? ( Stan)
  • Pas une idée, une certitude... (Sterling)
Case 6
J’imagine le cadrage de cette case en contrechamp de la précédente
  • La vraie question c’est de savoir dans quel délai les vins californiens deviendront une référence mondiale ... (Sterling
  • C’est ça... Et tu n’es pas chauvin, bien sûr ...! (Paul)
Case 7
  • Je ne vois que notre ami japonais Yoshito pour obtenir un avis impartial... (Stan le regard tourné vers Yoshito)
Case 8
Cadrage plus resserré mettant en valeur Yoshito)
  • Les vins, je connais pas trop... Mais les bières, ça va... Alors, je vous invite à poursuivre la discussion au bar, en en buvant une... (Yoshito)
  • Mon honorable employeur, le Groupe Seibu, est très large pour les notes de frais relatives aux réunions de travail informelles... (Yoshito, dans une seconde bulle distincte)

Planche 6

Texte du synopsis de base, pour mémoire.

La scène se déroule à la terrasse d’un bar situé sur le front de mer. Vue dégagée sur la plage. Cadrages à varier pour éviter toute monotonie graphique. Ce sont les mêmes personnages que sur la planche précédente qui sont attablés, soit 8 au total : Stan, Paul , Sterling, Yoshito, Fred, Carol et les deux autres nanas style bimbos. La fille qu’il draguait est assise à côté de Fred.
On va s’apercevoir au fil des cases que la séance de drague de Fred continue (en silence) et avec succès. On doit pouvoir découvrir un crescendo dans le processus. Il commence par poser sa main sur celle de la fille, lui parle à l’oreille, puis il la prend et la baise (la main), lui passe le bras autour du cou, lui pose la main sur la cuisse, etc... Ce ne sont que quelques idées mais tu as le droit d’imager tout cela selon ce que pourrait être ta technique personnelle... Les réactions progressives de la fille doivent faire comprendre au lecteur que l’affaire est dans le sac pour Fred. De réservée au départ, on la sentira devenir complice : petit sourire, geste tendre, attitude consentante, en posant par exemple, sa tête contre l’épaule de Fred, etc... Tu peux aussi envisager une case (à rajouter éventuellement) ou Fred et Carol sont au premier plan et où le texte de dialogue est en voix off, voire même où il est absent, faisant ressortir qu’ils sont tous les deux dans leur petit monde, déconnectés du reste. Comme tu le sens...
Case 1
Les mêmes personnages sont assis à une table de la terrasse d’un bar, juste devant la plage de Bondi beach. Mêmes remarques que pour la case 1 de la planche 4

Texte de légende off : « Quelques instants plus tard... »
- On est bien d’accord avec toi : presque tous les pays sont capables de brasser de la bonne bière... ( Fred s’adressant à Sterling )
- ...Mais ça n’est pas avec ce sujet que le nom de Sterling Mergrave sera un jour associé au prix Pulitzer... (Fred dans une seconde bulle distincte

Case 2
- J’admets... Mais je finirai bien par trouver un vrai scoop ...! (Sterling)
Case 3
  • Qui sait si nous n’allons pas t’en dégotter un, mon ami... ? Il paraît qu’il y a de superbes épaves à découvrir aux Philippines. Des navires de la seconde guerre mondiale... (Stan)
Case 4
  • Et pas trop profonds ! Donc faciles à explorer. Il ne reste qu’à y trouver un trésor... (Fred
  • Et on te garantit l’exclusivité de l’info... (Paul)
Case 5
  • Carol, si tu veux te joindre à nous, il faudra vaincre ta peur panique de mettre la tête sous l’eau... ! (Fred s’adressant à Carol, la fille qu’il drague)
  • Sans façon, merci. Au-dessus de mes forces... Je préfère encore laisser le scoop à Sterling : tant pis pour ma carrière de reporter télé... (Carol)
Case 6
  • Le pays est calme, maintenant, avec le tout nouveau président ? (Paul)
  • Marcos ? Pas de problème... Il est cul et chemise avec les Américains... (Stan)
Case 7
  • Bon , on ne peut pas encore te garantir le trésor à 100%, mais c’est sûr qu’on va aller plonger là-bas un de ces jours... (Stan)
Case 8
  • N’est-ce pas les gars ? Ça nous changera de la grande barrière de corail... (Stan s’adressant à Fred, Yoshito et Paul, qui approuvent )

A suivre....

Jacques Hiron

samedi 10 février 2018

Le Lydia-Moonta entre réalité et fiction - Episode 4


La trame générale de cette série de cinq albums BD scénarisés par Jacques Hiron et dessinés par Jean-Michel Arroyo reprend  pour une bonne part  les éléments publiés sous forme du roman au titre éponyme. Le fil rouge de l’histoire reste la carrière parfaitement authentique du paquebot Lydia ex-Moonta : aucun des lieux, aucune des dates, aucun des évènements qui le concernent n’ont été modifiés. Ces albums sont aussi le fruit d'un incroyable travail documentaire.

  
Extraits du tome 4. ELSA. Copyright Paquebot des Sables, Arroyo-Hiron/P&T production-Editions Joker 2009.


 ...1963. Le "Lydia" a maintenant pour port d'attache Le Pirée et navigue sur la ligne Grèce-Naples-Gênes-Marseille...

Ici il est représenté en service au Pirée...Et il y a un anachronisme flagrant...Lequel? A vous de jouer !!!


...Alors qu'en fait la photo représente le Lydia désarmé à Marseille pendant les travaux aménagement en 1967...


...Quelques années plus tard, en 1967, la compagnie Hellenic Mediterranean Lines a décidé de retirer le "Lydia" du service et de le mettre en vente... 



...Pas de goéland sur la photo...

















...Toujours pas de goéland...


.
....Les machines enlevées et les cales transformées par un chantier naval marseillais, le navire est emmené devant Port-Barcarès.
C'est le sénateur Gaston Pams qui a eu l'idée du rachat du "Lydia" pour lancer la nouvelle station balnéaire du Languedoc-Roussillon...



Beaucoup de monde ici au bord de la souille...

...Et là de dos le sénateur Gaston Pams (à droite) et l'architecte de la station Georges Candilis.







Bon... là j'ai triché un peu...Vous avez trouvé?

















Jouons au jeu des sept erreurs...




Ici le dessinateur a rajouté quelques spectateurs pour meubler la dune vide...
 





Allez, ici il y a une grosse erreur historique...Trouvons laquelle...Remarquez, c'est la même depuis le début de l'épisode 4...
Alors! Vous avez trouvé?

NB: Toutes les photos de l'échouage sont signées André Parés


Pour relire l'épisode N° 1, c'est : ICI
Pour relire l'épisode N° 2, c'est : ICI 
Pour relire l'épisode N° 3, c'est : ICI



Olivier Alba







dimanche 4 février 2018

Le Lydia-Moonta entre réalité et fiction - Episode 3

La trame générale de cette série de cinq albums BD scénarisés par Jacques Hiron et dessinés par Jean-Michel Arroyo reprend  pour une bonne part  les éléments publiés sous forme du roman au titre éponyme. Le récit a été enrichi de nouveaux épisodes, et l’étude des personnages  a pu être affinée et développée. Le fil rouge de l’histoire reste la carrière parfaitement authentique du paquebot Lydia ex-Moonta : aucun des lieux, aucune des dates, aucun des évènements qui le concernent n’ont été modifiés. Ces albums sont aussi le fruit d'un incroyable travail documentaire.


Extraits du tome 3. GÜNTHER. Copyright Paquebot des Sables, Arroyo-Hiron/P&T production-Editions Joker 2006


"...Février 1943. Comme beaucoup d'autres navires marchands durant la deuxième guerre mondiale, le "Moonta" a été armé d'un canon. Ce jour-là a lieu un exercice de tir à bord..." 

 

 


 ...Janvier 1956. Port du Pirée. Le "Moonta" est à quai pour subir de grosses transformations et doubler sa capacité en passagers...(repérez l'erreur historique...)

 
... Il deviendra le "Lydia" pour l'armateur grec HELLENIC MEDITERRANEAN LINES. Avec toujours dans ses flancs, la mystérieuse serviette contenant les documents secrets de Karl...








Pour relire l'épisode N° 1, c'est : ICI
Pour relire l'épisode N° 2, c'est : ICI

...A suivre...


Olivier Alba